Joyeux Noël

Au lieu de vous souhaiter de bonnes fêtes, ce qui est courant et banal, je pourrais vous raconter l’histoire d’un faux père Noël trahit par son goût pour l’anisette mais je l’ai raconté tellement de fois qu’elle a perdu de sa magie d’origine*.

Au moment où j’écris ce post j’ai eu envie de partager ce morceau, parce que les chants de Noël c’est un peu nunuche et le « let it snow » est tout juste bon pour la pub d’un succédané de chocolat. 

Je pourrais aussi faire remonter à la surface le souvenir du premier disque des Beatles reçu à Noël avec « From me to you » aux paroles simplettes mais faciles à retenir. Mais pas de nostalgie…

Il y a aussi quelques fêtes de Noël en famille à Marbella à l’époque où les espagnols étaient encore dans leur tradition des cadeaux en janvier.  Mais là encore on serait dans la nostalgie.

Vous ne voyez pas le vélo? Il est derrière, près de la calogette.

Alors j’ai cherché un conte de Noël court et génial, mais je n’ai rien trouvé dans le genre, donc j’ai cherché un conte court et génial mais pas forcément de Noël.  Il a fallu faire un choix court ou genial?

Les nains magiques (des frères Grimm je crois)

Un jour les nains prirent à une femme son enfant au berceau, et mirent à la place un petit monstre qui avait une grosse tête et des yeux fixes et qui voulait sans cesse à manger et à boire. La pauvre mère alla demander conseil à sa voisine. Celle-ci lui dit qu’il fallait porter le petit monstre dans la cuisine, le poser sur le foyer, allumer du feu à côté, et faire bouillir de l’eau dans deux coquilles d’oeufs ; cela ferait rire le monstre, et si une fois il riait, il serait obligé de partir.
La femme fit ce que sa voisine lui avait dit. Dès qu’il vit les coquilles d’oeuf pleines d’eau sur le feu, le
monstre s’écria :
Je n’avais jamais vu, quoique je sois bien vieux,
Faire bouillir de l’eau dans des coquilles d’oeufs.
Et il partit d’un éclat de rire. Aussitôt il survint une foule de nains qui rapportèrent l’enfant véritable, le dé posèrent dans la cheminée et reprirent leur monstre avec eux.

Finalement j’ai été beaucoup dans la nostalgie et très peu sur Noël… ce  n’est pas du tout ce que je voulais faire au départ.

Si vous ne comprenez pas tout c’est simplement que ce post est très famille personnel. Si vous avez un Loverde près de vous demandez lui, il pourra vous éclairer, peut-être…

J’adore cette chanson et particulièrement cette version.

* on retrouve cette histoire dans le recueil d’articles de Humm! V1.0 qui n’existe plus: bit.ly/2jajOk5

3 commentaires sur “Joyeux Noël”

  1. I don’t know if I told you, but I’m seeking sanctuary
    You’ll never guess the things that I do
    I’ll have the devil round for tea
    Don’t you know that I’m here beside you
    Can’t you see that I can’t relax
    When I saw you in my rearview
    You could’ve stopped me in my tracks

    I’ll be there for you when you want me to
    I’ll stand by your side like I always do
    In the dead of night it’ll be alright
    ‘Cos I’ll be there for you when you want me to

    You can take me to an island, ride across the stormy sea
    We can worship pagan idols, there together you and me
    Why don’t you run over here and rescue me?
    You can drive down in your car
    Why don’t we both take a ride and turn that key
    We’ll drive at 60 miles an hour

    I’ll be there for you when you want me to
    I’ll stand by your side like I always do
    In the dead of night it’ll be alright
    ‘Cos I’ll be there for you when you want me to…

  2. Merci pour es vœux originaux ! Que tes souhaits et ceux de tes proches, pour le temps à venir soient exaucés ! Bien-sûr priorité à la forme et la sérénité qui sont mères d’une belle vie !
    Bises à bientôt

  3. I once had a Girl, or should I say, she once had me
    She showed me her room, isn’t it good, norwegian wood ?
    She asked me to stay and she told me to sit anywhere
    So I looked around and I noticed there wasn’t a chair
    I sat on a rug, binding my time, drinking her wine
    We talked until two and then she said, « It’s time for bed »
    She told me she worked in the moring and started to laugh
    I told her I didn’t and crawled off to sleep in the bath
    And when I awoke I was alone, this bird had flown
    So I lit a fire, isn’t it good, norwegian wood.

Laisser un commentaire