Les deux amis de Bagdad

Quand la ville de Bagdad était encore une ville, quand Bagdad s’appelait encore la Cité de la Paix, vivaient deux commerçants liés par une amitié profonde.

Depuis tout petit, ils étaient amis. Ils avaient joué ensemble dans les rues du quartier, ils avaient été à l’école ensemble. Ils avaient ouvert un commerce chacun, la même semaine. Leurs affaires étaient prospères et ils se consultaient pour tout, tout le temps.

Un jour, l’un des deux décide d’aller s’établir à Bassora avec sa famille pour y faire prospérer ses affaires. Les deux amis se séparent pour la première fois de leur vie. Chacun mène son négoce du mieux qu’il peut.

Alors que le commerçant de Bagdad devient de plus en plus riche, celui de Bassora voit la roue du destin tourner et, au bout de quelques années, il n’a plus rien. Il se retrouve avec sa femme et ses enfants dans un dénuement extrême. Ils n’ont bientôt plus de quoi se vêtir, plus de quoi se nourrir.
Leur désespoir est immense quand un matin la femme du commerçant de Bassora dit à son mari :
– Va voir ton ami à Bagdad. Votre fidélité est légendaire. Va lui demander de l’aide et il ne refusera pas.

Il se dit:  » si mon ami de Bagdad venait me demander de l’aide, qu’est-ce que je ferais?  »
Malgré la réponse qu’il s’est faite, le lendemain il entreprend le voyage pour Bagdad.
Il cherche la maison de son ami et frappe à sa porte.
C’est le commerçant de Bagdad en personne qui ouvre. Quand il voit son ami d’enfance en haillons, sale sur lui et maigre, il lui claque la porte au nez.
L’homme rentre chez lui et dit à sa femme qui l’attend :
– je m’en doutais, loin des yeux, loin du coeur. Ceux qui t’aiment quand tout va bien ne te reconnaissent pas quand tu n’as plus rien.
Ainsi, à Bassora, la vie continue avec son lot de soucis.

Une nuit, quand tout Bassora dort, on frappe à la porte de notre homme. Inquiet, il va ouvrir. Devant sa porte, une jeune femme voilée de noir tient à la main un sac qui semble très lourd. Elle lui demande de la laisser entrer et, quand elle est chez lui, elle lui dit : Mon mari vient de mourir et il me laisse en héritage de nombreux bijoux de valeur que voici. J’ai besoin d’argent et je ne sais ni à qui ni comment les vendre. Je sais que tu es commerçant, je te les confie et nous partagerons le produit de la vente en deux parts égales.

Le commerçant se met, dès le lendemain matin, en quête d’acheteurs. À la fin de la journée, il a réussi à vendre tous les bijoux à très bon prix. Quand la jeune femme revient le voir, il lui donne sa part et prend la sienne. La somme ainsi obtenue est importante. Elle lui permet d’habiller toute la famille, d’acheter des provisions pour quelques mois et de tenir un petit étal au marché où il vend quelques objets à bas prix. La vie va déjà mieux même si ce n’est pas encore le paradis.

Une semaine plus tard, en pleine nuit, il entend frapper à sa porte. C’est un jeune homme qui se faufile à l’intérieur et qui lui dit : À l’occasion d’un pari, j’ai gagné une cargaison de tapis en soie de Chine. Il y en a plusieurs centaines et je ne sais qu’en faire. Je ne connais rien au commerce. Pourrais-tu te charger de la vente et nous partagerons la somme que tu en obtiendras?
Le commerçant de Bassora n’en croit pas ses oreilles. C’est la chance qui frappe une deuxième fois à sa porte.

En une semaine, il réussit à écouler toute la marchandise. Il partage les bénéfices avec le jeune homme et se retrouve avec une belle somme d’argent. Il fait réparer sa maison, organise un festin pour sa famille et réussit même à acheter une échoppe dans le quartier commerçant de la ville. Il n’a pas grand-chose à vendre, mais il est à l’abri des soucis du quotidien. Il se dit : « Merci, mon Dieu, la roue tourne de nouveau! »

Passent trois semaines quand, au lever du jour, il entend frapper à sa porte. Un jeune homme entre chez lui et lui dit : Mon père vient de mourir. Il m’a laissé en héritage un chargement de brocarts, de soie et de tapisseries. Je n’en aurai jamais l’usage, il y en a tant. J’ai en revanche besoin de liquidités pour m’établir. Je ne connais rien au commerce. Pourrais-tu te charger de la vente, et nous partagerons les bénéfices?

L’homme de Bassora accepte. Il trouve acheteur et vend à très bon prix. Les bénéfices sont considérables. Aussi, après avoir fait le partage avec le jeune homme, il se retrouve avec une fortune conséquente. Pour sa famille, c’est la belle vie. Il réussit à acheter diverses marchandises qu’il expose dans sa boutique et ses affaires deviennent aussi prospères qu’avant.

Un jour, il va trouver sa femme et lui dit : Maintenant que nous avons retrouvé la fortune et la belle vie, je vais aller à Bagdad revoir mon ami d’enfance et je lui dirai le bien que je pense de lui.

L’homme se met en route. Il arrive devant la maison de son ami et frappe à la porte. Quand celui-ci ouvre, le commerçant de Bassora dit :
– Ne te fatigue pas à me claquer la porte au nez, je suis fortuné et en bonne santé, aussi je ne vais rien te demander. Je ne suis pas venu en ami, je viens mettre un point final à l’amitié qui nous a liés tant d’années.

— D’accord, répond le commerçant de Bagdad. Mais avant de clore notre histoire, je te prie de bien vouloir entrer chez moi une dernière fois. Je voudrais te montrer quelque chose. Après, tu pourras t’en aller.

L’homme de Bassora entre dans la salle attenante. Trois jeunes gens y sont installés autour d’un thé. Quand ils lèvent la tête, il reconnaît les deux jeunes gens et la jeune fille qui avaient un jour frappé à sa porte pour lui demander de vendre leurs biens. Saisi, il regarde son ami qui lui dit :

— Quand tu es venu chez moi la première fois et que je t’ai vu pauvre comme un vagabond, la douleur m’a envahi. Mais mon cœur s’est brisé quand je t’ai fermé la porte au nez. Je ne voulais pas te donner l’aumône comme à un mendiant qui me fait pitié. Je t’ai envoyé mes enfants avec de la marchandise à vendre. Et si tu as refait fortune aujourd’hui, c’est grâce à ton talent. Tu ne me dois rien. L’amitié est intacte.

On raconte que depuis ce jour-là, leur amitié, ils l’ont cultivée longtemps, longtemps et seule la mort a réussi à les séparer.

Extrait un peu modifié de : Contes curieux des quatre coins du monde choisis, traduits et racontés par Praline Gay-Para

Laisser un commentaire