Les Sept Dormants d’Éphèse

Sept Dormants d’Éphèse

Illustration : L’empereur Dèce ordonnant l’emmurement des Sept Dormants. D’après un manuscrit du xive siècle.
Article provenant pour partie de Wikipedia.

Légende similaire à « la belle au bois dormant » ou ayant servi de source?
Les Sept Dormants d’Éphèse est un miracle qui semble commun aux chrétiens et aux musulmans ; il met en scène des jeunes gens dormant dans une caverne pendant une très longue durée (309 ans). Une Sourate coranique raconte et décrit leur périple. Les Sept Dormants sont probablement « les héritiers topiques de cultes préhistoriques dédiés à des fratries de sept dieux ».

* Pour les chrétiens
Vers l’an 500, Jacques de Saroug, évêque de Batnæ en Syrie, fait l’éloge des Dormants d’Éphèse, dans une des deux-cent-trente homélies qu’il a composées en syriaque. Le récit est repris en latin par Grégoire de Tours dans De gloria martyr, Paul Diacre, Nicéphore, Syméon Métaphraste, et Jacques de Voragine dans la Légende dorée…

L’histoire se déroule au temps de la persécution de l’empereur Dèce ( 249 – 251) contre les chrétiens. Sept officiers du palais, originaires de la ville d’Éphèse, sont ainsi accusés : il s’agit de Maximien, Malchus, Marcien, Denys, Jean, Sérapion et Constantin (selon une autre source, il s’agit de Maximilien, Jamblique, Martinien, Jean, Denis, Constantin et Antonin (vers 250). Alors que l’empereur est en voyage, ils distribuent leurs biens aux pauvres et se réfugient dans la montagne voisine.
L’empereur, à son retour, fait rechercher les sept chrétiens. Ceux-ci, prenant leur repas du soir, tombent mystérieusement endormis : c’est dans cet état qu’ils sont découverts. Dèce les fait alors emmurer dans leur cachette. Et c’est en 418, qu’un maçon ouvre par hasard la grotte où sont enfermés les Sept Dormants. Ceux-ci se réveillent, inconscients de leur long sommeil. Aussitôt, l’empereur Théodose II accourt, et voit dans le miracle une preuve contre ceux qui nient la résurrection des morts.

* Pour les musulmans
Dans l’islam, le récit de la 18e sourate du Coran La Caverne évoque le récit des Sept Dormants d’Éphèse. Il diffère, sur certains points, de la légende chrétienne. Leur nombre est discuté et le récit coranique suggère qu’ils seraient trois, cinq ou sept, auxquels s’ajoute toujours un chien dans le but de condamner les spéculations à ce sujet.

Dans cette version, les Dormants sont restés endormis dans une caverne en compagnie de leur chien durant 300 ans solaires, ce qui correspond à 309 ans lunaires. Ils décident de s’y réfugier, fuyant une société oppressive et corrompue, détournée de la foi pure en un Dieu unique, et qui leur refuse le droit à la libre pensée et à la libre pratique religieuse. Plongés involontairement dans un profond sommeil, ils se réveillent plusieurs siècles plus tard et découvrent que la société qu’ils avaient fuie n’existe plus. Elle est remplacée par une société où s’est généralisé le culte rendu à un Dieu unique.

La localisation de la caverne où s’enferment les Dormants n’est pas avérée ; toutefois, on trouve dans certains pays des endroits où sont vénérés les « Sept » saints. Une étude historique serait nécessaire pour remonter à la source des légendes, chaque contrée concurrençant l’autre par ses saints locaux. Les sept saints de Regraga, au Maroc, retiennent particulièrement l’attention. Pour concilier la foi pure en un Dieu unique, l’exigence de pauvreté et la référence à Jésus, les Ébionites constituent une alternative sérieuse à la légende chrétienne, à une époque bouleversée par les schismes.

 

Christian Loverde
https://linkkle.com/Kris33390sig?u=ChristianLoverde

Laisser un commentaire