Lecture confinée : L’aveuglement

29 mai 2020

Lecture conseillée par Slate.fr pour se mettre dans l’ambiance d’une pandémie. J’ai aimé Saramago, sur un livre  » le vieux qui lisait des romans d’amour « , sa manière de raconter sans avoir l’air de se prendre au sérieux et son humour. Et sa mort récente fait qu’on en a entendu parler ces derniers jours.

Extrait :

« Après être resté éveillé pendant de longues heures, il s’endormit pour un bref laps de temps, par pur épuisement. Il aurait voulu que la nuit ne finît pas pour ne pas avoir à annoncer, lui dont le métier était de guérir les infirmités des yeux d’autrui, Je suis aveugle, mais en même temps il aurait voulu que la lumière du jour arrivât vite, et cette pensée lui vint dans ces mots mêmes, La lumière du jour, sachant qu’il ne la verrait pas. Un ophtalmologue aveugle n’avait guère d’utilité, assurément, mais il avait le devoir d’informer les autorités sanitaires, de les avertir que le phénomène pourrait se transformer en catastrophe nationale, en un type de cécité inconnue jusqu’à présent, ni plus ni moins, qui semblait être hautement contagieuse et qui se manifestait apparemment sans qu’existassent préalablement des activités pathologiques de nature inflammatoire, infectieuse ou dégénérative, comme il avait pu le vérifier chez l’aveugle venu le consulter ou comme dans son cas à lui, une légère myopie, un léger astigmatisme, le tout si léger qu’il avait décidé de ne pas utiliser de verres correcteurs pour l’instant. Des yeux qui avaient cessé de voir, des yeux totalement aveugles et pourtant en parfait état, sans la moindre lésion, récente ou ancienne, acquise ou d’origine. »

Extrait de : José, Saramago. « L’Aveuglement. » Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.

Christian Loverde
http://bit.ly/CLoverde

Partager :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :