Lecture confinée : Les loups de Stanislav

Les loups de Stanislav, Paul Auster

L’introduction donne envie d’aller plus loin :

Un événement doit-il être vrai pour être accepté comme tel, ou la foi en la vérité d’un événement suffit-elle à le rendre vrai, même si les faits censés s’être produits ne se sont pas produits? Et si, malgré vos efforts pour découvrir si l’événement a eu lieu ou pas, vous arrivez à une impasse et, plongé dans l’incertitude, ne pouvez être sûr que l’histoire qu’on vous a racontée à la terrasse d’un café à Ivano-Frankivsk, ville de l’ouest de l’Ukraine, est une version dérivée d’un événement historique peu connu mais vérifiable, ou que c’est au contraire une légende, une histoire inventée pour se faire remarquer, ou encore une rumeur infondée transmise par un père à son fils? Plus précisément encore: si l’histoire se révèle être d’une puissance de stupéfaction telle que vous restez bouche bée et sentez qu’elle a changé ou étendu ou approfondi votre vision du monde, est-il important que l’histoire soit vraie ou pas?

Brooklyn, le 28 mars 2020 (pendant le confinement du Covid-19) Traduit de l’anglais par Anne-Laure Tissut. Journal Libération du 7 mai 2020

Christian Loverde
http://bit.ly/CLoverde

 

Partager :

One thought on “Lecture confinée : Les loups de Stanislav

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :