Lecture du premier trimestre 2021

29/05
Rendez-vous à Gibraltar de Peter May écrivain anglais naturalisé français et vivant dans le Lot et une bonne partie de l’année du côté de Estepona.

Cristina Sánchez Pradell, flic à Marviña, dans la région de Malaga, est de garde cette nuit-là. Quand la police est appelée pour un cambriolage, elle accepte de remplacer l’un de ses collègues. Sans imaginer un seul instant que sa vie va basculer irrémédiablement et qu’elle va désormais craindre sans relâche non seulement pour sa vie, mais pour ceux qui lui sont chers. Après les Hébrides, Peter May s’empare d’une autre région qui lui est chère, celle qui, à l’extrême sud de l’Espagne, voisine avec Gibraltar, infime possession britannique dans la péninsule Ibérique.

L’intérêt de ce livre sont les périples dans une région que je connais bien. Je me suis retrouvé quelques années en arrière avec quand même une enquête policière intéressante et plein de rebondissements, de Malaga à Gibraltar en passant par l’arrière pays.

Le printemps des maudits de Jean Contrucci écrivain marseillais.
Là aussi le livre m’a fait voyager dans une région que je ne connais pas du tout mais ça donne envie. La vrai histoire romancée d’un massacre d’une faction de fervents croyants qui mettent un doute sur la hiérarchie de l’église catholique qui rappelle un peu celles des cathares. Tout le monde se souviens de la fameuse phrase ‘tuez les tous, dieu reconnaîtra les siens’.
Un petit reproche, l’attachement à la vraie histoire à un peu réduit l’imagination de l’auteur.

Résine de Ane Riel
Surprenante histoire de la dérive paranoïaque d’une famille liée au père. Plutôt lent mais cette lenteur rend bien compte de la progression de cette dérive.
Raconté par une gamine qui obéit à son père détraqué et qui ne se rend pas compte de la situation. Vers la fin pourtant elle commence un peu à se poser des questions.

Sémi de Ari Shimazaki
Tetsuo et Fujiko Niré vivent en maison de retraite depuis que, quelques années auparavant, Fujiko a commencé à développer des symptômes de la maladie d’Alzheimer. Ils ont uni leurs destins il y a plus de quarante ans, par le biais d’un mariage arrangé, ont fondé une famille et ont vécu ensemble une vie tranquille.
Quand elle se réveille ce matin-là, Fujiko ne reconnaît pas son époux. D’abord en grand désarroi, Tetsuo entreprend finalement de reconquérir celle qui le prend désormais pour un étranger auquel elle se trouverait simplement fiancée.
Là on ne dévoile pas grand chose, il s’agit des premières pages.
Alzeimer raconté très délicatement, comme d’habitude, par Shimazaki.
La réminiscence de vieux souvenirs venant prendre la place du présent fait découvrir un passé moins heureux qu’il croyait au mari non atteint.

Christian
bit.ly/3e3jm4Y

Partager :

Laisser un commentaire