La musique de la tache

La musique de la tache, livre de Philip Roth

.-. Le film
En cherchant plus de détail sur le livre pour savoir, ce que j’apprends arrivé au tiers du livre, si Coleman est noir, je suis tombé sur le film « La couleur du mensonge »
https://www.youtube.com/watch?v=kLA7g4c4NUw
sorti en 2003 adaptation du livre sorti lui en 2002. Film moyennement apprécié par les critiques. Passé à la télé le lundi 30 juillet 2018 à 20h55 sur Ô.

.-. Le livre
UN LIVRE AMÉRICAIN POUR L’ÉTÉ mercredi 20 juillet 2016
https://www.franceinter.fr/emissions/un-livre-americain-pour-l-ete/un-livre-americain-pour-l-ete-20-juillet-2016

.-. Le sujet initial de cette note
Le livre est ponctué de citations musicales bien documentées sur les différentes époques du récit. Ce qui m’a donné l’idée d’en faire l’inventaire avec des extraits du texte pour le contexte.

1. « Curieusement, me dit-il, la « grande musique » entendue toute sa vie d’adulte ne l’avait jamais remué comme ce bon vieux swing le faisait encore aujourd’hui : « Tout stoïcisme m’abandonne, et alors mon désir de ne pas mourir, de ne jamais mourir est presque insupportable. Et il me suffit d’écouter Vaughn Monroe. »
https://youtu.be/b7q9G6hhGs4

2. « Certains soirs, chaque phrase de chaque chanson prenait un sens si bizarrement capital qu’il finissait par se mettre à danser tout seul le fox-trot, cette danse monotone, sans inspiration, où il suffisait de traîner les pieds et de se laisser porter par le rythme, mais aussi cette danse fabuleusement efficace pour se mettre dans l’ambiance quand il la dansait avec les filles du lycée d’East Orange, contre lesquelles il plaquait à travers son pantalon ses premières érections dignes de ce nom. Pendant qu’il dansait, me dit-il, rien de ce qu’il éprouvait n’était simulé, ni la terreur (de l’anéantissement) ni l’extase (à l’écoute de « Tu soupires et c’est une chanson, tu parles et j’entends des violons »). » (You sigh and it’s a song, you speak and I hear violins)
https://youtu.be/JRp1LZOk05o

3. Les larmes qu’il versait étaient spontanées, même s’il était le premier surpris de constater que dès qu’il entendait Helen O’Connell et Bob Eberly chanter les strophes alternées de Green Eyes
https://youtu.be/pbAlu3krd4w

4. Toute résistance l’abandonnait, et même s’il n’en revenait pas de constater combien il était facile pour Jimmy et Tommy Dorsey de le transformer en vieillard vulnérable, personnage qu’il n’aurait jamais cru être.
https://youtu.be/OIO4rlaWPTI

5. Mais que les gens nés en 1926 essaient un peu de rester tout seuls chez eux un samedi soir de 1998, et d’écouter Dick Haymes chanter These Little White Lies. »
https://youtu.be/TYKP0yfGWBI

6.
« Lorsque je me suis glissé chez lui par la porte-moustiquaire de la cuisine, sur le côté de la maison, Coleman était en train de faire la vaisselle de son dîner. Comme il était penché sur l’évier, que le robinet coulait, que la radio jouait à tue-tête, et qu’il chantait avec Frank Sinatra jeune Everything Happens to Me, il ne m’a pas entendu entrer. »
« Frank Sinatra jeune Everything Happens to Me »
https://youtu.be/q9HfWEB38Ow

7. Mais bientôt, après d’autres échanges, si j’arrive à trouver ce que je veux dire.” (“Prête” à quoi, je ne saurais pas dire. Pas seulement à faire l’amour. Prête à être.) Mais à ce moment-là, Coleman, tu as fondu sur moi, tu as traversé la moitié de la pièce en un clin d’œil ; j’étais sidérée, mais ravie. C’était trop tôt, mais ça ne l’était pas.
Il a cessé de lire en entendant, à la radio, les premières mesures de Bewitched, Bothered and Bewildered chanté par Sinatra. « Il faut que je danse, dit-il, vous dansez ?
Frank Sinatra « Bewitched, Bothered and Bewildered  »
https://youtu.be/ZWkOgsPv0bg

8. De plus, en 1937, pour le 4-Juillet, malgré le prix des billets, Mr Silk les emmena tous au Music Box Theatre de Broadway pour voir George M. Cohan dans I’d Rather Be Right.
https://youtu.be/bV-U1DJxsAM

9. « Elle était en train de se déshabiller ; la radio marchait — c’était Symphony Sid — et d’abord, pour la mettre en train, pour la mettre dans l’ambiance, il y eut Count Basie et une bande de musiciens de jazz qui jammaient sur Lady Be Good, un enregistrement live, débridé ; après quoi, encore du Gershwin, la version de The Man I Love par Artie Shaw, avec Roy Eldridge pour faire monter la pression. »
Symphonie Sid
https://youtu.be/I2Va1tDBeKc

Count Basie Lady be good
https://youtu.be/OMcOqypA9tA

The man i love artie shaw

10.
« Danse pour moi.
Ils sont ensemble depuis six mois, à peu près, alors un soir, il lui dit : « Allez, danse pour moi », et dans la chambre, il met le CD de The Man I Love, celui avec les arrangements d’Artie Shaw, et Roy Eldridge à la trompette. Danse pour moi, dit-il en desserrant son étreinte et en lui désignant le plancher, au pied du lit. Et elle, sans se troubler, se lève de ce lit où elle était en train de sentir l’odeur, l’odeur de Coleman déshabillé, de son corps doré au soleil ; elle se lève de ce lit où elle était blottie, nichée contre son flanc nu, les dents et la langue encore toutes blanches de son foutre, sa main posée doigts écartés sur le bas-ventre de cet homme, la touffe de poils crépus et poisseux. »
https://youtu.be/OvHmR5Oxr5c
https://youtu.be/oh4ntia0hOE

11.
« Entre Bronfman pour jouer Prokofiev à un tel tempo, avec une telle fougue qu’il met ma morbidité K.-O. »
Yefin Bronfman, Prokofiev:
https://youtu.be/t0MnPEjosl0

12.
« Lorsque Keble, descendu de l’estrade, a serré la main à chacun des enfants Silk avant de retourner à sa place, ce geste simple n’a fait qu’intensifier l’exaltation presque violente née de son discours. Qu’allait-il se passer à présent ? Pendant un instant, ce fut le vide. Le silence, le cercueil, la foule ivre d’émotion. Puis Lisa s’est levée, a monté les quelques marches et, depuis le lutrin, a annoncé : « Le dernier mouvement de la Troisième Symphonie de Mahler. » C’est tout. Ils ont fait sauter tous les verrous. Ils ont passé du Mahler. »
https://youtu.be/fevecMO0pKE

« Pour ma part, en tout cas, je crois que rien d’autre au monde n’aurait pu me déchirer autant, sauf d’entendre Steena Palsson dans sa version de The Man I Love, tel qu’elle l’avait interprété au pied du lit de Coleman, dans Sullivan Street, en 1948. »

Extraits de : Philip, Roth. « La Tache. » Folio, 2011-09-24T22:00:00+00:00. iBooks.
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.

.-. Toutes les vidéos dans une playlist:
https://www.youtube.com/playlist?list=PLBb1SVPWohwmyq9bCmo2QFYAw-pE24qzk

.-. Pour finir, un petit clin d’œil de Léo Ferré: écoutez à partir de 2:06
https://youtu.be/7zmaNt8Ifaw

Christian Loverde
https://linkkle.com/Kris33390sig?u=ChristianLoverde

Laisser un commentaire