Forcer les VPN à lutter contre le piratage

En lisant cet article de Numerama que je vais résumer-synthetiser, je n’ai pu m’empêcher quelques réflexions.
Bon je me répète un peu mais en ce moment je ne suis pas trop dans l’innovation, alors ce commentaire de l’actualité, dans un domaine que je maîtrise assez, vient à point. Je me suis servi de chatgpt (en italique) pour certaines précisions.

Constatations de l’Arcom

Dans son bilan 2023, l’Arcom constate que la grande majorité des internautes qui piratent des contenus sur le net, maitrise de mieux en mieux l’utilisation des VPN et des DNS pour contourner les blocages de sites illicites.
L’utilisation d’un VPN modifie votre géolocalisation donc le nom de domaine de la connexion. Ce qui vous rend quasiment(*) anonyme.
L’Arcom, alors impuissant, aimerait bien empêcher l’utilisation de ces deux outils légaux à des fins illicites et forcer les fournisseurs de VPN et de DNS alternatifs à lutter contre le piratage.

Ne pas confondre VPN et DNS

Un VPN sécurise la connexion Internet en évitant le pistage (dans le cas qui nous occupe, mais accessoirement il permet de contourner le géoblocage, de se protéger sur les réseaux Wi-Fi publics).

Le DNS alternatif permet d’éviter de se retrouver face à la pratique des DNS menteurs des FAI (https://humm.loverde.fr/?p=7233) pour vous empêcher d’accéder à des sites interdits sans vous en informer. Et aussi de pallier une éventuelle panne de DNS des opérateurs, ce qui arrive très rarement.

L’utilisation d’un VPN dispense de s’occuper des DNS, à condition de s’assurer que les requêtes DNS passent également par le VPN pour maintenir la confidentialité et la sécurité de la navigation.

Pour cela il faut vérifier l’absence de fuite DNS :
https://nordvpn.com/fr/dns-leak-test/

Article sur les fuites DNS :
https://humm.loverde.fr/?p=8639

Les fournisseurs de VPN vont-ils participer à la lutte contre le piratage ?

Et peut-on les forcer ?
D’après l’Arcom les fournisseurs de VPN et de DNS alternatifs sont trop complaisants envers les internautes qui piratent.
Mais s’ils participaient à la lutte contre le piratage, ils risqueraient de perdre une bonne partie de leur clients.
D’après vous que va faire l’internaute qui utilise le VPN pour faire du téléchargement illégal quand le fournisseur de VPN, qui n’est pas gratuit, le forcera à rester dans la légalité ?
De toute façon la plupart des fournisseurs de VPN ne sont pas basés en France et tenter d’accéder aux logs d’un VPN situé à l’étranger dépend de la coopération internationale. De plus certains VPN déclarent explicitement qu’ils ne gardent pas de logs (journaux de connexion), ce qui signifie qu’ils n’auraient pas de données à fournir même s’ils étaient contraints de le faire.

(*) L’utilisation d’un VPN avec son serveur DNS, ne vous rend pas complètement anonyme.
1. Le fournisseur de VPN peut voir votre trafic Internet et garder des logs ou journaux de connexion.
2. Les sites Web que vous visitez peuvent encore utiliser des cookies et d’autres techniques de suivi pour identifier vos activités en ligne.
3. Certains pays peuvent obliger les VPN à stocker et à partager des informations.

Pour être vraiment anonyme, il est recommandé d’utiliser des outils supplémentaires comme Tor en conjonction avec un VPN et éviter de se connecter à des comptes personnels.

bit.ly/Christian_Loverde

Partager :

cloverde

Prof de physique dans une autre vie. L'informatique, les réseaux sociaux, la cuisine, la photo et les Beatles m'occupent un peu. Webmaster amateur.

Voir tous les articles de cloverde →

Laisser un commentaire

En savoir plus sur Humm !

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading